C’est un des labels de l’immobilier qui a durablement marqué les esprits. En effet, dès son lancement en 2007, il contribue à la baisse généralisée de la consommation d’énergie des bâtiments. Le label BBC (Bâtiment Basse Consommation) concerne les constructions neuves, des bâtiments tant résidentiels que tertiaires. Il établit des critères stricts qui sont définis par la RT2012 (Réglementation Thermique) et qui visent à atteindre l’objectif de 50 kilowatts heures d’énergie primaire par mètre carré et par an. Le label BBC cible principalement le chauffage, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire, la ventilation et la climatisation.

Origines et définition du label BBC

Derrière l’expression Bâtiment Basse Consommation, sous-entendu « basse consommation énergétique », se trouve à l’origine une appellation générique qui désigne des bâtiments dont les performances énergétiques sont contrôlées et maitrisées pour qu’elles restent en deçà d’un certain seuil. En 2007, l’association française d’intérêt général Effinergie crée un label officiel, dont les critères servent de base à la RT2012. Ils sont nettement plus exigeants que ceux définis par la précédente règlementation thermique (RT2005). En effet, la nouvelle norme fixe une exigence énergétique de 50 kWhEP/m².an.

Cette labellisation officielle du concept BBC et son intégration à la base de la règlementation thermique 2012 ont permis de généraliser les bâtiments neufs basse consommation, c’est-à-dire dont la consommation d’énergie primaire par an est inférieure à 50 kWh/m². Aujourd’hui, Effinergie imagine et promeut de nouveaux labels, dont le label BBC Rénovation qui vise à rénover massivement les bâtiments pour qu’ils atteignent les seuils BBC.

Les consommations prises en compte par le label BBC concernent le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation, l’éclairage, la ventilation et les auxiliaires de chauffage. L’exigence de 50 kWhEP/m².an est modulée par un coefficient de rigueur climatique, lequel est fonction de la zone géographique de la construction et de son altitude. Il est explicité par la RT2005.

Objectif principal du label BBC

Le label BBC impose aux constructions neuves un seuil de consommation de 50 kWh EP (Energie Primaire) par m² de surface hors œuvre nette (SHON) et par an. Le calcul reprend la méthode de la RE2005 et tient compte de la variété des climats présente en France métropolitaine à travers un coefficient de rigueur climatique. L’exigence de consommation énergétique est ainsi comprise entre 40 et 65 kWh EP / m² SHON.an.

Les consommations étudiées sont uniquement liées aux énergies sur lesquels on peut agir à la conception du bâtiment : éclairage, chauffage, production d’eau chaude sanitaire, auxiliaires de ventilation et de chauffage, climatisation. Les autres usages de l’électricité (appareils électroménagers, télévisions…) ne sont donc pas concernés.

Pour les occupants d’un logement BBC (maison ou appartement), le label est la garantie de faire des économies. En effet, un logement neuf peu énergivore fait baisser mécaniquement le prix des factures d’électricité, de gaz ou d’eau.

Les principaux critères BBC

Repris par la RT2012, le label BBC fixe des exigences en matière de consommation énergétique et de confort. Plusieurs leviers peuvent être activés par les promoteurs immobiliers et les constructeurs pour atteindre les objectifs fixés par le label.

  • Conception architecturale : la forme du bâtiment, son orientation, le positionnement des surfaces vitrées, les occultations solaires, les protections contre le vent… sont autant de paramètres bioclimatiques à prendre en compte en amont des travaux, dès les prémisses du projet.
  • Isolation : par l’intérieur ou par l’extérieur, l’isolation doit permettre de traiter les ponts thermiques et de limiter les déperditions d’énergie.
  • Surfaces vitrées : leur taille et leur position dans le bâtiment jouent pour beaucoup dans la consommation d’énergie d’un bâtiment. Baies et vitres d’un logement ont également un impact sur le confort des occupants au quotidien.
  • Perméabilité à l’air : une mauvaise étanchéité à l’air engendre des infiltrations et impacte la consommation énergétique du bâtiment, surtout en hiver et par climat venté.
  • Ventilation : elle doit permettre une bonne qualité de l’air intérieur.
  • Système de chauffage : il convient de sélectionner les meilleures technologies et de privilégier les énergies renouvelables. Chaudière à condensation gaz, pompe à chaleur, chaudière bois, chauffage solaire, raccordement à un réseau de chaleur… font partie des solutions avancées.
  • Production d’eau chaude sanitaire : l’énergie solaire est plébiscitée pour ce poste. Outre le chauffe-eau solaire, il est possible de se tourner, entre autres, vers un chauffe-eau thermodynamique ou vers une PAC (pompe à chaleur) air/eau.
  • Confort d’été : pour faire face aux périodes de forte chaleur, il est recommandé de limiter l’utilisation des systèmes de rafraichissement actif et de miser sur des protections solaires, notamment au niveau des baies vitrées. L’inertie des parois, la taille et l’orientation des surfaces vitrées ainsi que le dimensionnement et la qualité des appareils électroménagers jouent aussi dans le confort d’été.

Comment obtenir le label BBC

Le label BBC est attribué aux constructions neuves par des organismes certificateurs agréés par l’Etat et accrédités par la COFRAC (comité français d’accréditation) tels que Cerqual (association Qualitel), Promotelec Services ou Certivea. Il est délivré à la suite d’un processus spécifique :

  • A l’étape de la conception du bâtiment, l’efficacité énergétique du bâtiment est prise en compte afin d’en optimiser la consommation d’énergie.
  • Des études thermiques sont menées pour prévoir la performance énergétique du bâtiment et déterminer s’il est en mesure de respecter les critères du label
  • Le bâtiment doit par ailleurs respecter les normes et réglementations en vigueur, le label BBC étant basé sur la RT2012
  • Des tests sont menés en cours de travaux et à la fin pour vérifier le respect des critères BBC.
  • A la fin des travaux, la certification est réalisée par un organisme agréé et indépendant. Cette certification permet de faire la demande de labélisation.