Comment obtenir un prêt immobilier : les conditions d’emprunt | propriétairemaintenant.fr
Lundi, 30 novembre, 2020

Pour financer l’achat d’un bien immobilier, le recours à un crédit est généralement indispensable. Avec ou sans apport personnel, le prêt immobilier est accordé par une banque, laquelle se rémunère via les intérêts. Pour limiter les risques de ne pas être remboursée, la banque exige par ailleurs un certain nombre de garanties. D’un établissement bancaire à l’autre, les critères d’attribution d’un crédit immobilier sont sensiblement les mêmes. Le coût total du prêt est lui aussi calculé en fonction de ces critères. Nous vous proposons d’en savoir plus.

Qu’est-ce qu’un crédit immobilier ?

Un prêt immobilier permet de financer, totalement ou partiellement, l’achat d’une maison, d’un appartement, d’un bâtiment à usage professionnel, d’un terrain… Il peut également servir à financer des travaux ou une construction. Le plus souvent, il est accordé par une banque, directement par elle ou par l’intermédiaire d’un courtier. Son montant, sa durée, le taux d’intérêt et les mensualités sont autant de données calculées en fonction de différents critères. Les banques évaluent en effet votre capacité d’emprunt.

Les conditions pour obtenir un prêt immobilier

Les établissements bancaires étudient de près chaque demande de prêt immobilier. C’est pourquoi il est conseillé de soigner votre dossier avant de le transmettre à votre banque ou à un établissement concurrent. 

La banque s’assure avant tout que vous pourrez rembourser votre prêt. Pour cela, elle s’appuie sur un certain nombre d’informations :

- Vos revenus, à commencer par votre salaire.

- Votre apport personnel : il est possible d’emprunter sans apport, mais de nombreuses banques exigent un apport égal à 10 % du prix du bien. Le plus souvent, il doit pouvoir couvrir les frais de notaire. Plus l’apport est important, plus le taux d’intérêt est susceptible d’être intéressant.

- Votre taux d’endettement : la banque étudie également l’ensemble de vos dépenses (loyer, impôts, pension alimentaire…) et les crédits (crédit à la consommation, prêt auto…) que vous remboursez actuellement. L’objectif est que la somme de ces dépenses et mensualités ne dépasse pas 33 % de vos revenus afin que vous disposiez d’un « reste-à-vivre » suffisant.

- Votre profil « client » : si votre situation financière et professionnelle est stable, vous aurez davantage de chance de convaincre la banque d’avoir confiance en vous. Un CDI, un travail de fonctionnaire, l’absence de découvert bancaire, des CDD réguliers… jouent en votre faveur.

- Votre âge et votre santé : elle n’est pas obligatoire, mais l’assurance emprunteur est généralement exigée par les banques. Celle-ci permet en effet de vous couvrir en cas de décès, de handicap ou de perte d’emploi. Pour calculer le coût de l’assurance, vous devez remplir un questionnaire médical. L’âge, des problèmes de santé, un métier à risque… peuvent représenter des freins à l’accord de prêt.

Plus votre dossier est complet et en votre faveur, plus vous pourrez négocier avec votre banque des conditions de prêt avantageuses : montant du capital, durée de remboursement, taux nominal, modulation d’échéance sans pénalité... Car votre objectif est de trouver une offre de crédit immobilier qui, au total, répond à vos besoins et vous coûtera le moins cher.

Combien coûte un prêt immobilier ?

Un prêt immobilier se compose d’un capital sur lequel vous payez des intérêts. La somme des intérêts est souvent la seule information prise en compte pour évaluer telle ou telle offre. Mais d’autres frais sont à prendre en compte :

- Le taux nominal : c’est le taux d’intérêt hors assurance. Il varie en fonction de la conjoncture économique, mais aussi selon le montant que vous souhaitez emprunter et la durée de remboursement, votre profil emprunteur, le type d’emprunt souscrit et le montant d’un éventuel apport.

- L’assurance emprunteur : en cas de décès, de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), d’incapacité de travail ou d’invalidité, cette assurance prend le relai pour rembourser le capital restant dû. Peu de banques accordent de prêt sans cette garantie. A savoir que vous n’êtes pas obligé de souscrire à l’assurance proposée par votre banque. Et vous pouvez changer d’assurance emprunteur en cours de prêt.

- Les garanties : elles permettent à la banque de se rembourser quand bien même vous êtes dans l’incapacité d’honorer vos échéances. Ces garanties sont de différents types : hypothèque, inscription de privilège de prêteur de deniers (IPPD) ou cautionnement solidaire.

- Les frais de dossier

- Le TAEG (taux annuel effectif global) : ce taux inclut tous les coûts inhérents au prêt. C’est la valeur la plus fiable pour comparer différentes offres de prêt immobilier.

Pour calculer le financement de votre bien immobilier en accession sociale, nous vous invitons à utiliser notre calculatrice en ligne, un simulateur gratuit et sans engagement qui vous aidera à préparer efficacement votre projet. Retrouvez également des informations sur les prêts avantageux auxquels vous pouvez avoir droit, comme le prêt à taux zéro (PTZ), le prêt patronal, le prêt conventionné ou le prêt à l’accession sociale (PAS).